Logo OCPV

Logo OCPV

vendredi 23 octobre 2015

Bulletin sur le marché des Féculents en Côte d’Ivoire N°101 du 23 Octobre 2015



IGNAME - Vos analystes :Constance KONAN, COULIBALY G. Djibril
Les faits marquants de la semaine
- Igname: Fin de colte de lAssawa dans le Woroba et baisse des prix du Kponan dans le Gontougo

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)

 
  
En Côte d'Ivoire cette semaine, le marché de l'igname est toujours principalement alimenté par les variétés Kponan et Assawa, même si les disponibilités de cette dernière sont en baisse. En matière de prix, on note des hausses dans certaines zones de production et de distribution, mais l’actualité essentielle est la baisse de prix dans la grande zone de production du Gontougo.
 
En effet, à Bouaké, Séguela et Tanda, les prix ont évolué à la hausse. Cette situation découle de la forte présence des acheteurs étrangers sur certains marchés du Gbèkè. Précisément à Bouaké, le kilogramme du Kponan est passé de 275 FCFA à 300 FCFA au détail cette semaine. A Séguéla, la récolte est pratiquement terminée et les producteurs tout comme les acheteurs évacuent les faibles stocks disponibles sur les marchés centraux. La demande étant toujours relativement importante, les prix bord champs ont connu une hausse de 25 à 50 FCFA/kg.

A Tanda, malgré la bonne disponibilité des tubercules en faveur de la fête de l’igname, les prix de détail ont augmenté de 10 FCFA/kg car la demande locale est importante.

Toutefois, à Bondoukou, San-Pedro et Abidjan, les prix affichés sont en baisse.
En effet, à la veille de l’élection présidentielle Ivoirienne, les grossistes de la région du Gontougo, grande zone productrice de l’igname, ont limité les ventes à crédit aux commerçants d’Abidjan et de Bouaké. Ainsi, la suroffre de l’igname sur le marché local et notamment à Bondoukou a entrainé la baisse des prix de vente de 25 FCFA/kg à tous les niveaux.

A San-Pedro, le marché est bien couvert en igname et le prix du kilogramme du Kponan est descendu à 350 FCFA au détail alors qu’il se situait entre 350 à 400 FCFA la semaine dernière.

A Abidjan, sous la pression de la détérioration des stocks, le prix minimum d’achat de la variété kponan en gros est passé à 225 FCFA/kg contre 250 FCFA/kg la semaine précédente. Le prix de de gros de l’assawa, par contre, est resté à 200 FCFA/kg.

A Abengourou, Korhogo, Odienné et Ouangolo, le niveau des stocks correspond à la demande, ce qui a maintenu les prix stables cette semaine.

Concernant les variétés tardives que sont le Florido et le Bêtê-bêtê, elles sont rares sur tous les marchés. Seuls quelques tas sont encore visibles à Duékoué.

Tendance: A court terme, avec la bonne présence de la variété kponan, les prix devraient rester généralement stables. Cependant, à moyen terme, une légère hausse des prix du kponan pourrait survenir si les stocks disponibles s’écoulent aisément, évitant les pourritures.

MANIOC - Votre analyste : PERRIN Audrey
Les faits marquants de la semaine
- Manioc Amer: Les échanges restent intenses ; ralentissement des coltes à Bondoukou

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)


 
 
Cette semaine, la pluie continue de faciliter les récoltes et l’offre reste abondante dans toutes les zones de production. La demande des transformatrices d'attiéké reste intense, ce qui a maintenu les prix dans la plupart des régions, à quelques exceptions près.

À Bouaké, les récoltes sont de plus en plus abondantes grâce aux bonnes pluies qui arrosent la région ces derniers temps. Les prix bord-champ ont donc baissé de 25 à 20 FCFA/kg (-20%), le chargement de bâchée de 2 tonnes de manioc s’achète donc actuellement 40 000 FCFA. Toutefois, la demande des transformatrices étant très forte, les prix de gros se sont maintenus au même niveau.

À Séguéla, l’offre est également de plus en plus abondante, et la demande des transformatrices augmente au même rythme et leurs activités tournent maintenant à plein régime ; les prix se sont donc maintenus stables.

À Duékoué, l’offre est toujours aussi importante, mais cette semaine les prix bord-champ et de gros ont remonté légèrement de 27% et 18% respectivement : de 13 à 13-20FCFA/kg bord-champ et de 19-25 à 25-27 FCFA/kg en gros. En revanche, les prix de détail ont baissé de 40 à 25- 40 FCFA/kg (-20%), car les producteurs des villages alentours viennent vendre leur production en ville à des prix très bas.

Dans le Gontougo, en revanche, les récoltes de manioc se sont ralenties et les prix ont augmenté à tous les niveaux à Bondoukou : de 25-30 à 25-40 FCFA/kg bord-champ (+18%), de 35-40 à 45-50 FCFA/kg en gros (+27%) et de 45-50 à 55-60 FCFA/kg au détail (+21%). En effet, les producteurs sont actuellement tous à la fête de l’igname qui se tient ce vendredi 23 octobre.

Tendance : Les prix pourraient rester stables dans les zones de production, car l’offre et la demande sont également fortes et s’équilibrent. On prévoit toutefois un ralentissement des approvisionnements dans certaines grandes villes à l’approche des élections, ce qui pourrait tirer les prix à la hausse.

- Manioc Doux: L’offre continue daugmenter ; baisses de prix dans plusieurs gions

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)