Logo OCPV

Logo OCPV

vendredi 24 juillet 2015

Bulletin sur le marche des Légumes en Côte d’Ivoire N°88 du 24 Juillet 2015



OIGNON - Vos analystes : KONAN Constance, COULIBALY Djibril, KOUAKOU Kouassi Léopold
Les faits marquants de la semaine
OIGNON : Bonne disponibilité de l’oignon sur les marchés ivoiriens

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)
 
Contrairement à la semaine précédente qui a vu les commerçants faire d'importants approvisionnements et la demande devenir de plus en plus forte, cette semaine le marché de l'oignon en Côte d'ivoire est plus calme. On remarque que le niveau des stocks chez les grossistes a diminué. Toutefois, les prix sur les marchés sont généralement restés stables.

La fin de la campagne de l’oignon du Burkina Faso tant annoncée est en ce moment observée par son absence sur les marchés de Bondoukou, Korhogo, Odienné, Abidjan, Gagnoa et Bouaflé. En dehors de Bouaké et Man qui enregistrent une légère hausse de 5 à 10 FCFA/Kg, les prix de gros sont restés stables sur les autres marchés avec des niveau de stocks en baisse et une demande plutôt bonne.

L’oignon du Niger a une très bonne présence sur l'ensemble des marchés sauf à Bouna, Duekoué, Man et Ouangolodougou où il est absent. Cette variété a connu une baisse de 10 et 20 FCFA/Kg sur le prix de gros respectivement à Abidjan et Dimbokro. Par contre, à Korhogo, elle affiche une hausse de 25 FCFA/Kg. Hormis ces quelques évolutions, les prix de cette variété sont restés stables dans l'ensemble.

Certains producteurs de l’oignon local commencent à profiter de la hausse des prix. En effet, ceux détenant encore leurs productions ont pu vendre cette semaine à 500 FCFA/Kg au niveau bord-champ dans des localités d’Odienné. Cependant, à Korhogo et Ouangolodougou, ses prix sont restés stables avec une baisse considérable des stocks après les ventes de la semaine dernière.

L'oignon en provenance de la Hollande est présent sur la quasi-totalité des marchés mais en très faible quantité. Il est absent cette semaine à Bouaké, Bondoukou, Dimbokro, Ouangolodougou et Yamoussoukro.Il se négocie au gros entre 250 et 500 FCFA/Kg le marché ivoirien. En Hollande, les récoltes se poursuivent et les prix pratiqués sont à un niveau élevé par rapport à la campagne précédente. Cependant, le prix baisse au fur à mesure que les stocks grossissent. De grandes commandes en provenance de l’Afrique ne sont pas attendu dans le court terme.

Après son apparution la semaine dernière sur le marché de Bondoukou, l’oignon en provenance du Maroc est présent cette semaine sur le marché de Korhogo. Prix de gros: 375 à 400 FCFA/Kg.

Tendance:
La fin des récoltes en Côte d’Ivoire et au Burkina et le niveau de prix élevé de l’oignon de Hollande au niveau international devraient réduire à court terme les disponibilités avec pour conséquence la hausse des prix.

Les faits marquants de la semaine
AUBERGINE : Bonne disponibilité du n’drowa sur l’ensemble des marchés

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)
 
Le niveau d’approvisionnement général s’est amélioré en Côte d’Ivoire. Les marchés sont suffisamment  approvisionnés .Toutes fois le nombre de villes ayant un bon niveau d’approvisionnement a baissé.

La ville d’Abidjan a une bonne présence en n’drowa. La production locale et celle des autres contrées approvisionnent les marchés. Les prix de gros sont restés stables au détriment de ceux du détail qui ont subi une légère baisse de -10 à 11 F CFA/Kg.

Bouaflé a un bon niveau d’approvisionnement et le plus bas prix en gros (33 F CFA /Kg) comme en détail  (109 F CFA/Kg). Cette tendance baissière  est le fait qu’elle soit une grande  zone productrice. L’offre étant très élevée  et la demande est quasi inexistence .Presque tous les agriculteurs font de la production de ce maraicher. Le prix de gros enregistre une baisse de - 14 F CFA/Kg et celui du détail 11-26 F CFA/Kg.

Odienné, Man, Agnibilékrou et Abengourou  ont une bonne couverture du produit sur leurs marchés. Leurs prix de gros sont en dessous de 100 F CFA/Kg. L’offre est largement suffisante et la demande moyenne ou faible selon les localités.

Les autres localités ont un niveau d’approvisionnement moyen avec des marchés couverts régulièrement. Korhogo connait un impressionnant approvisionnement avec une demande moyenne qui naturellement provoque une baisse des prix remarquable. Pour les  prix de gros (-105 F CFA/Kg) et détail (-50 CFA/Kg).
Yamoussoukro a rehaussé sa production. Elle s’est améliorée grâce au retour des pluies. Cela a favorisé seulement la baisse du prix  de gros de 100  F CFA/Kg. Quant au prix de détail la hausse est de 229-231 F CFA/Kg.
A Dimbokro la demande s’améliore progressivement .Les commerçantes s’approvisionnent dans les localités de Bongouanou et de Tiémélékro.

Bouna a une faible présence du n’drowa .L’aridité du sol et la faible présence des précipitations ne favorisent pas la production.
L’aubergine violette est moyenne sur les marchés avec un écoulement  lent.

Tendance : Possible poursuite de la tendance baissière des prix à cause de la progression l’offre.

Les faits marquants de la semaine
GOMBO : Bonne couverture des marchés

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)
 
Depuis des semaines, c’est la récolte dans les zones de production. Dans toutes les régions du pays, les marchés sont garnis en gombo.

La courte durée de conservation de ce légume oblige les producteurs à effectuer les transactions commerciales dès la récolte. Dès lors, en détention du gombo, les commerçants procèdent immédiatement  à la distribution du gombo dans les brefs délais afin de réduire les pertes post-récolte.
En effet, deux jours après la récolte, le gombo « hiré » commence à durcir ; il n’est plus apprécié par les consommateurs et devient difficilement commercialisable. Par conséquent, le producteur et/ou commerçant détenteur d’un tel produit subi des pertes.

Cette semaine, sur l’étendue du territoire, les marchés sont bien ou moyennement ravitaillés en gombo. Par ailleurs, comparativement à la semaine dernière, le marché du gombo présente trois tendances cette semaine :

·         Le niveau d’approvisionnement est constant et les prix sont restés inchangés sur les marchés d’Abengourou et de Gagnoa.

·         L’offre s’est améliorée et les marchés sont assidument ravitaillés par les récoltes des sites de productions .De ce fait, les prix ont chuté. C’est le cas des  zones d’Agnibilekrou, Duékoué , Dimbokro. Ces localités  alimentent  d’autres régions en gombo.

·         Bien que le niveau d’approvisionnement soit satisfaisant, l’offre est en régression et concoure à la hausse des prix à Abibjan, Daloa, Yamoussoukro, Man et Bouaflé.

Tendance : les prix pourraient se stabiliser ou baisser  les semaines à venir à condition que l’offre progresse.

Les faits marquants de la semaine
PIMENT : Représentation satisfaisante du piment local

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)
 
A la faveur des pluies, l’offre en piment local satisfait aux besoins des consommateurs. Les récoltes sont en cours dans les zones de production.

Régulièrement, les grossistes effectuent les achats sur les sites de production et font la distribution sur les marchés desdites localités ou les acheminent vers les grandes zones de consommation.

A l’exception de Yamoussoukro et Bouna qui sont faiblement approvisionnés,  le piment local est moyennement et bien représenté dans  les autres zones du pays.

A Abidjan, l’offre des autres régions continue de soutenir la production locale. La disponibilité est moyenne. Mais cette semaine, la fourniture en piment frais est  en légère baisse. Le piment ordinaire domine toujours le marché quand le « sent bon » demeure en faible quantité avec des prix toujours excessifs. Ce piment « sent bon » a un parfum agréable qui améliore la senteur des repas.

Concernant les prix, en gros, les moins élevés sont pratiqués à Abengourou, Man et Tanda où ils n’excèdent pas 200 F CFA/kg.

Pour les prix les plus élevés, en gros comme en détail, ils sont constatés à Bouna en raison de la faible disponibilité du produit.

Les faits marquants de la semaine
TOMATE : offre moyenne dans l’ensemble

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)

Au plan national, la récolte de la tomate « Sodefel » est en cours dans l’ensemble des zone de production à la faveur du retour des pluies.
Aussi, les différentes localités productrices doivent-elles cet honneur à des villages producteurs où la culture de tomate est devenue une culture de rente au même titre que le café et le cacao ou l’hévéa. C’est le cas de Zatta  à  Yamoussoukro ; Sankakouadiokro à Abengourou ; Broukro et Essikro à Tanda ; Téfrodougou et Flaké à Bondoukou.

S’agissant des prix, cette semaine est marquée par la continuation de la tendance à la baisse dans la plupart des villes avec pour exception, Bondoukou, Daloa où cette semaine, les prix ont grimpé.
Les prix oscillent dans l’intervalle suivant :
·         Prix bord-champ compris dans la fourchette de 250 à 400F dans toutes les zones de production.
·          Des prix de gros qui sont de 250 à 800 sauf à Odienné où il est paradoxalement bas (167F) bien que les prix de détail soient très élevés (667 à 1000F).
·         Les prix de détail de l’ordre de 700 à 1000 dans les grands centres urbains de consommation tels que Abidjan, San pédro, Korhogo, Gagnoa et Daloa.