Logo OCPV

Logo OCPV

vendredi 15 janvier 2016

Bulletin sur le marché des Légumes en Côte d’Ivoire N°113 du 15 Janvier 2016



OIGNON - Vos analystes : KONAN Constance, COULIBALY Djibril, KOUAKOU Kouassi Léopold
Les faits marquants de la semaine
OIGNON: Bonne présence de l’oignon sur les marchés avec de plus en plus d’oignon de la sous-région mais toujours une majorité d’oignon hollandais.

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)

On observe un regain d'intensité concernant le marché de l'oignon en Côte d'Ivoire cette semaine. En plus de l'oignon de Hollande qui continue d'arriver sur les marchés, de nombreux chargements de la sous-région sont venus accroitre l'offre de cette spéculation. Cette bonne disponibilité a conduit à une baisse de prix par endroit.

L'oignon de Hollande domine toujours les marchés avec un très bon niveau de stock.  En effet, après une période d’accalmie, qui a suivi la fin des fêtes de fin d’années, les approvisionnements ont repris. La demande par contre est restée stable par rapport à la semaine dernière.  Ainsi, on observe une baisse du prix de gros de l'ordre de 20 à 60 FCFA/kg dans les localités de Bondoukou, Bouaké, Duekoué, San Pedro et Yamoussoukro. La localité d'Abidjan quant à elle affiche cette semaine une légère augmentation de 20 FCFA/kg pour l'achat en gros de cette variété.
Dans l’ensemble, les prix de gros restent assez stables entre 320 et 520 FCFA/kg selon les régions.

L’oignon du Maghreb (Tunisie, Maroc, Egypte) est toujours présent sur les marchés de Bouaké, Séguéla, Odienné, Abidjan, Daloa, Duékoué, Dimbokro et San Pedro en quantité faible. Il reste stable et se négocie entre 400 et 560 FCFA/Kg.
La variété de la sous-région réapparue il y a de cela quelques semaines continue de renforcer les stocks existants. Bien qu’elle soit la plus chère du marché de l’oignon, elle est la plus demandée  parce que très appréciée par les consommateurs. 
En quantité plus ou moins moyenne, elle se négocie en gros entre 435 et 860 FCFA/Kg avec une baisse de 60 FCFA/Kg à Ouangolodougou.

Tendance: Contrairement à la demande, le renforcement de l’offre et l’apparition de l’oignon de la sous-région pourraient faire se stabiliser, voire baisser les prix à court terme.




AUBERGINE N’DROWA - Vos analystes : DIALLO MOUSSA
AUBERGINE: Toujours un approvisionnement limité et des prix en hausse dans plusieurs zones.

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : bas prix ; régions rouges : prix élevé)


Cette semaine est encore marquée par le faible  niveau d’approvisionnement de la  plupart  des marchés des régions en Aubergine.

En effet, compte tenu de l’installation de la saison sèche, les stocks d’aubergine ont fortement baissé. La demande quant à elle est relativement en baisse après les fêtes.
Les  prix déjà élevés restent donc stables dans la majeure partie du pays .
Une pénurie persiste à Bondoukou où le prix de détail maximum a atteint 1000 FCFA/kg.
Dans les zones de Ouangolodougou, Bouaké, Dimbokro et Yamoussoukro, , les prix étant toujours elévés restent  quasiment stables.
Notons cependant que dans la zone de Tanda , le  niveau d’approvisionnement est particulièrement satisfaisant. Les prix sont bas et stables. Le prix de détail oscille entre  161 et 243 FCFA/kg.
A Seguéla, Duékoué et Korhogo, les offres sont toujours faibles entrâînant ainsi une hausse continuelle des prix.
Quant aux marchés d’Abidjan subissent les conséquences de la baisse de l’offre dans ces zones de production. 
 Le niveau d’approvisionnement reste faible. Cependant avec une reprise des activités commercialisation après les fêtes, nous enrégistrons une légère baisse des prix . Les prix de détail qui oscillaient entre 741 et 769 FCFA/kg, sont passés cette semaine entre 556 et 588 FCFA/kg.
Tendance : Deux semaines après les  fêtes de fin d’année, la baisse des stocks dans plusieurs zones du pays et l’installation de la saison sèche pourraient maintenir  les prix à un niveau élevé durant les semaiens à venir.

PIMENT FRAIS LOCAL- Vos analystes : Constance KONAN, Louis Goly ZOGBE, KAKOU Mah
Les faits marquants de la semaine
PIMENT FRAIS : Approvisionnement en baisse et stocks moyens dans le pays. Les prix continuent d’augmenter.

Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; régions rouges : prix élevés)

Depuis plusieurs semaines, les approvisionnements des marchés de vivriers de la Côte d'Ivoire en piment frais local continuent de baisser. Ainsi, par rapport à la semaine dernière, on constate que les prix de ce produit sont dans l'ensemble en hausse cette semaine sur plusieurs marchés du pays. 

En effet,  le niveau d'approvisionnement des marchés par le piment frais local sont toujours moyens dans l'ensemble. Cependant, dans certaines localités comme Bouna, Duékoué, Abengourou, Dimbokro, San-Pedro, Daloa et Séguéla, les approvisionnements de piment frais local sont faibles.

Les prix pratiqués pour le piment frais local sur la plupart des marchés ont connu des hausses.  Les hausses des prix de ce produit sont comprises entre  10 et 750 FCFA/KG pour les prix de gros et entre 10 et 1 250 FCFA/KG pour les prix de détail. Les plus fortes hausses des prix de piment frais local ont été enregistrées à Duékoué.  

Par contre, contrairement à la semaine dernière, l'offre de piment frais local a augmenté sur les marchés de la ville d'Abidjan. Ainsi, dans la capitale économique, tous les prix ont connu des baisses comprises entre 165 et 665 FCFA/KG pour les prix de gros et entre 793 et 835 FCFA/KG pour les prix de détail. Comme la ville d'Abidjan, des baisses de prix sont notées dans les localités de Dimbokro et Man.
A Dimbokro, tous les prix ont subi des baisses. On note une baisse de 250 FCFA/KG pour les prix de gros et des baisses comprises entre 335 et 680 FCFA/KG pour les prix de détail.
A Man, les prix de détail ont baissé de 1 355 FCFA/KG.
Les baisses de prix dans les localités suscitées sont dues aux approvisionnements réguliers des marchés desdites localités par le piment frais local.
En revanche, à Ouangolodougou, Bouna, Odienné, Abengourou, Bondoukou, Man et Daloa, certains prix sont restés stables.
A Bouna, Odienné, Ouangolodougou et Bondoukou, tous les prix sont demeurés stables car l'offre et la demande s'équilibrent dans ces localités.
Tendance: Les prix devraient rester élevés et pourraient encore augmenter légèrement par endroit en raison de la moindre disponibilité pendant la saison sèche.




GOMBO FRAIS - Vos analystes : DOUE GNINAHI Thierry
GOMBO FRAIS :Approvisionnement moyen de beaucoup de marchés, prix élevés et parfois encore en hausse.
Carte des prix pratiqués en Côte d’Ivoire au cours de la semaine en Francs CFA/kg
(Régions vertes : prix bas ; Régions rouges : prix élevé)

Cette semaine, au niveau national, les stocks des marchés en gombo frais, ont été faibles, à l’exception de ceux de Bondoukou, de Bouaké et d’Odienné, qui  ont connu des approvisionnements moyens. Il y a toujours rupture de stock sur le marché de Ouangolo.

Les prix de gros et de détail ont été en hausses et élevés au niveau national.

A Bouaké et à Odienné, les stocks moyens en gombo frais sur les marchés, n’ont pas eu d’incidence sur les prix de gros et de détail, car ils sont restés élevés et stables par rapport à la semaine passée.

A Abidjan, à Korhogo, à San Pedro et à Dimbokro, l’offre a été faible sur les marchés et les prix de gros et de détail ont été en hausses et élevés. 
Dans les zones de production, à Man, à Tanda, à Séguéla, à Yamoussoukro, à Duekoué, à Daloa et à Abengourou, les stocks ont été faibles. Comme conséquence, les prix de gros et de détail dans ces villes ont été en hausses.

Il y a eu les prix de détail étaient élevés au niveau national, avec des pics à plus de 950 fcfa/kg à Bouaké, à Korhogo et à Abidjan et à 1250 fcfa/kg à Yamoussoukro.

Tendance : possible augmentation des prix de gros et de détail ou maintien à un niveau élevé dans les semaines à venir au regard de la faible la disponibilité du gombo sur les marchés.