Logo OCPV

Logo OCPV

dimanche 8 juin 2014

Bulletin sur le Marché de l'Oignon en Côte d'Ivoire N°28 du 30 Mai 2014

LE MARCHE DE L’OIGNON EN COTE D’IVOIRE
 
 

La baisse de l’offre de la sous-région, l’épuisement de la production locale et la hausse des prix ont marqué la filière oignon cette semaine en Côte d’Ivoire.
La production locale est en voie de disparition sur les marchés. Certains producteurs à Bouna et dans les Savanes font de la rétention dans l’espoir de vendre à des prix plus élevés mais les quantités en stocks sont faibles. Les dernières ventes d’oignon local devraient se faire au cours du mois du juin.

Dans les gros pays producteurs de la sous-région, la campagne de commercialisation s’achève progressivement et provoque une réduction de la disponibilité sur le marché national ivoirien. Seul le Niger possède des zones encore en production et c’est donc cette origine qui prédomine désormais sur les marchés.

L’oignon de Hollande est encore prés qu’absent dans les commerces et de mauvaise qualité. Une intensification des importations d’oignon hollandais devient pressante afin de faire face à la hausse de la demande pendant le mois de Ramadan.
 

Dans l’ensemble, les prix sont donc cette semaine encore en légère hausse en raison de la diminution
de l’offre d’oignon sur le marché national.

LE MARCHE DE L’OIGNON DANS LA SOUS-REGION


Mali : les marchés urbains maliens enregistrent à la fois la disponibilité de l’oignon local et burkinabè mais aussi une bonne disponibilité de l’échalote. Cependant, comparativement à la situation du mois d’avril, l’offre est en baisse et cela a entrainé à la hausse du prix de l’échalote et de l’oignon.

Burkina Faso : L’offre de l’oignon est en baisse. Dans les différentes zones de production, la campagne de production est quasiment bouclée. A Bobo-Dioulasso, le prix de l’oignon est encore en hausse.

Sénégal : A Dakar, les prix sont en légère baisse. Ce repli découle de la bonne disponibilité de la production locale sur les différents marchés de gros. En effet, avec l’approche de la saison des pluies dans la partie Nord du pays, principale zone de production d’oignon, les producteurs essayent d’écouler leurs stocks afin de subvenir aux besoins d’intrants pour la campagne de production des céréales.

LE MARCHE INTERNATIONAL DE L’OIGNON

Sur le marché hollandais, la demande reste stable et moins forte malgré une bonne disponibilité d’oignon. Les prix se maintiennent avec une tendance à la baisse. Les exportations vers les autres pays d’Europe pourraient baisser en raison de la disponibilité de l’oignon de l’Europe du Sud. Les pays ouest-africains comme la Côte d’Ivoire devraient recommencer  leurs importations d’oignon Hollandais. D’autres pays
comme la Guinée et la Mauritanie maintiendraient le niveau de leurs importations.

LA SYNTHESE DES ANALYSTES


Le marché ivoirien devrait rester encore plusieurs semaines soumis à la diminution de l’offre de la sous- région et  à une période de prix en hausse avec  l’approche du Ramadan. La relance des  importations d’oignon hollandais dont les prix sont en baisse devrait permettre d’éviter une flambée des prix si les importateurs accélèrent leurs commandes rapidement.


Téléchargez la version PDF en cliquant ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire